CHIFFRES CLÉS

0
de tonnes de plastique sont produites pour l’industrie dans le monde par année
0
de tonnes de plastique déversées par année dans l’océan, soit 3 camions poubelle par minute
0
milliards de morceaux de plastiques sont actuellement présents dans l’océan
0
d’oiseaux, tortues, dauphins, baleines et poissons sont victimes du plastique par année

PROBLÉMATIQUE MONDIALE

Après le réchauffement climatique, la 2ème plus grande source de pollution diffuse à l’échelle mondiale.

Les microplastiques sont une source de pollution diffuse que l’on retrouve à l’échelle de la planète à différentes profondeurs dans l’ensemble des milieux aquatiques d’eaux douces et salines.  Depuis les cinq dernières années, la communauté scientifique mondiale accélère ses recherches afin d’estimer la quantité et le comportement des plastiques et des microplastiques présents dans les milieux aquatiques ainsi que l’impact de ceux-ci sur les écosystèmes et la chaîne alimentaire. Les morceaux de plastique de 5 mm et moins (microplastiques) représentent 90% de la présence des plastiques dans l’océan à des concentration pouvant atteindre 1 millions de morceaux par km2 (voir carte).

Source: Marcus Eriksen and al.

On estime leur présence à 5.25 milliards de milliards de morceaux et ce chiffre ne cesse d’augmenter.

Bien que peu visible, cette pollution à l’échelle mondiale pourrait avoir de lourdes conséquences sur la qualité des milieux aquatiques et la santé humaine. En effet,  ces petits morceaux de plastiques ont la capacité d’absorber des polluants toxiques, tels que les HAP, DDT ou encore BPC qui s’accumulent à travers les chaînes alimentaires et qui ont le potentiel de remonter jusqu’à nos assiettes.

Une chose est certaine, la présence de ces polluants d’origine anthropique augmente dans les rivières, les fleuves, les lacs et les océans.

COMMENT LES MICROPLASTIQUES SE RETROUVENT DANS L’EAU?

MICROBILLES

Produits cosmétiques et autres produits
Il y a en moyenne 300 000 microbilles de plastiques dans un produit cosmétique (crème, savon, dentifrice). Ils ne sont pas stoppés par les stations d’eaux usées.

MICROFIBRES

Nettoyage de vêtements en tissus synthétiques
Des milliers de microfibres de plastique sont relâchées par les vêtements en tissu synthétique lavés en machine (acrylique ou polyester), et sont non stoppés par les stations d’eaux usées.

MACROPLASTIQUES

Dégradation de produits en plastique
Provenant de produits et emballages en plastique qui se fragmentent en microparticules par des phénomènes de dégradation liés aux ultraviolets, aux micro-organismes et aux forces mécaniques du milieu.

GRANULES

Déversements industriels accidentels
Les granules de plastique proviennent de zones industrielles et sont déversées accidentellement dans les lacs et les rivières.

PROBLÉMATIQUE AU CANADA

De récentes études scientifiques nous ont appris que les microplastiques sont présents dans les principaux systèmes aquatiques du Canada. Malgré un bannissement des microbilles de plastiques à la fin 2017 et 2018 au Canada et aux États-Unis, la quantité de plastiques entrant dans les milieux naturels aquatiques continuera d’augmenter du fait qu’ils proviennent de d’autres sources également : microfibres textiles, granules industrielles, dégradation de déchets plastique en microplastiques. Le Canada avec ses plus de 200 000 Km de côte et 20% de la réserve d’eau potable de la planète doit jouer un rôle important dans la recherche et le développement de solutions aux microplastiques.

En Arctique, des concentrations microplastiques ont été retrouvés dans des zones vierges de toute activité humaine. Selon Peter Ross, directeur de la recherche sur la pollution des océans à l’Aquarium de Vancouver : La présence de microplastiques, notamment des microfibres, présente un enjeu de santé humaine puisque 40% de la pêche commerciale d’Amérique du Nord et 50% de la pêche Européenne se fait en Arctique (Weildemann, 2014). L’IUCN (The International Union for Conservation of Nature) poursuit ses efforts de recherche sur ce qu’ils considèrent : «A global disaster ».

Source: Jonathan Hayward, Canadian Press

Dans les Grands lacs aux États-Unis et au Canada, de fortes concentrations de granules industrielles de plastique ont été retrouvées, ainsi que des microfibres et des microbilles. Selon Environnement Canada, 45% de la capacité industrielle du Canada sont attribuables aux Grands Lacs, notamment à travers ses usines pétrochimiques en bordure. En 2013 et 2014, des études ont permis d’estimer la concentration des microplastiques à la surface des lacs Supérieurs, Huron et Érié à 43 157 morceaux par km2 et jusqu’à 1.1 million de morceaux de plastiques par km2 dans le lac Ontario.

Adopt-a-beach - Litter Monitoring data (2013) / % plastic debris

Source: Adopt-a-beach – Litter Monitoring data (2013) / % plastic debris

Dans le Saint-Laurent, l’Université McGill a démontré la présence de microplastiques (microbilles, microfibres, microplastiques dégradés), notamment dans les sédiments, et à des concentrations pouvons atteindre plusieurs milliers de particules de plastique par litre. Également, l’organisme Sentinelle Outaouais a réalisé des campagnes d’échantillonnage dans la rivière des Outaouais et a démontré la présence de microplastiques. Les effluents du systèmes Saint-Laurent Grands-Lacs sont touchées par la problématiques puisque les stations d’épurations des zones urbaines et les systèmes de traitement des eaux usées industrielles ne sont pas en mesure de retenir une grande partie des microplastiques.

Source: Adballahh, Fleuve St-Laurent.

VIDÉOS, CONFÉRENCES ET REPORTAGES

RAPPORTS SCIENTIFIQUES ET TENDANCES MONDIALES

http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0111913

Abstract

Plastic pollution is ubiquitous throughout the marine environment, yet estimates of the global abundance and weight of floating plastics have lacked data, particularly from the Southern Hemisphere and remote regions. Here we report an estimate of the total number of plastic particles and their weight floating in the world’s oceans from 24 expeditions (2007–2013) across all five sub-tropical gyres, costal Australia, Bay of Bengal and the Mediterranean Sea conducting surface net tows (N = 680) and visual survey transects of large plastic debris (N = 891). Using an oceanographic model of floating debris dispersal calibrated by our data, and correcting for wind-driven vertical mixing, we estimate a minimum of 5.25 trillion particles weighing 268,940 tons. When comparing between four size classes, two microplastic 4.75 mm, a tremendous loss of microplastics is observed from the sea surface compared to expected rates of fragmentation, suggesting there are mechanisms at play that remove

In UNEP Frontiers 2016 report, Emerging Issues of Environmental Concern, provides an accurate summary on the issue of microplastics under the heading « Trouble in the Food Chain ». http://bit.ly/2c5AMx8
The intake of microplastics by oysters cause feeding modifications and reproductive disruption with significant impacts of offspring. See: Rossana Sussarellu, ‘Oyster reproduction is affected by exposure to polystyrene microplastics,’ 2430–2435, in: PNAS, vol. 113 no. 9. http://bit.ly/2ad44LC

 

 

The population of European Perch is being threatened by microplastics pollution. Microplastics alter feeding preferences and hatchlings prefer microplastics above natural food. It makes young perch less adtive and an easy prey for predators. See: Lönnstedt O.M., Eklöv P. 2016, ‘Environmentally relevant concentrations of microplastic particles influence larval fish ecology,’ in: Science (doi: 10.1126/science.aad8828). http://bit.ly/1UouEAl
Microplastics in leave-on products like make-up are much smaller than microbeads in scrubs. In sunscreen particles of 0.0003 mm are (which means 10-100 trillion particles in one single sunscreen). Read the report by Eunomia commissioned by the European Commission. http://bit.ly/2aJ3OCp
Plastic debris has become a human health issue. Humans ar being exposed to plastic particles and a complex cocktail of contaminants. Read the article by prof. Vethaak and Leslie in  Environmental Science & Technology. http://bit.ly/2aJ3KTe